• Google+
  • Pinterest


« Game of Thrones », série US de fantasy médiévale adaptée pour la chaîne HBO d’une série de romans écrits par George R.R. Martin, n’en finit plus de faire des émules.
Adulée par les fans, acclamée par la critique – bien que l’usage de la torture et du sexe ait été vivement critiquée aux USA – elle a obtenu de nombreuses récompenses et nominations, dont l’Emmy Award de la meilleure conception de générique attribué en 2011 au studio californien Elastic.
Angus Hall, Creative Director chez Elastic, revient sur la génèse de ce main title hors du commun.




LA GÉNÈSE

Au départ, lorsque Carolyn Strauss, co-executive producer sur la série, avait contacté le studio Elastic – ils avaient notamment déjà collaboré sur Carnivàle, Rome et d’autres main titles pour HBO – le scénario du pilote prévoyait un main title qui suivait le vol d’un corbeau de King’s Landing vers Winterfell.
Très vite les producteurs du show se sont aperçus que le spectateur serait perdu dans cet univers, qui n’a rien à voir avec la géographie et la géopolitique de la Terre.
Une carte ! Il fallait montrer une carte de ce monde ! Ils ont alors imaginé des petites séquences mettant en scène une carte de l’univers, qui permettrait d’illustrer chaque changement de lieu en le situant dans un contexte plus global.
Mais ce concept perturbait beaucoup trop la narration. Il fut très vite remplacé par une présentation de la carte telle qu’on la connaît actuellement en un seul plan-séquence, même si sa première ébauche était loin du résultat actuel.



LA SPHÈRE DE DYSON

Dans sa première version, la carte était plate et rien à l’exception de la caméra n’était animé. Mais la gestion de l’horizon posait inévitablement la question : « Qu’y a-t-il derrière cette carte ? »
Peu à peu, les créatifs d’Elastic ont imaginé la carte à l’intérieur d’une demi-sphère, à la manière d’un monde vivant et miniature au dessus duquel on pourrait imaginer des moines gardiens de l’univers.
En s’inspirant de la célèbre sphère de Dyson imaginée en 1960 par le physicien et mathématicien américain Freeman Dyson, la carte a finalement pris place dans une sphère complète, éclairé par une étoile : l’astrolabe.


L’ASTROLABE

Veritable soleil de l’univers de « Game of thrones », l’astrolabe est constitué d’une étoile entourée de bandes métalliques. Chacune de ces bandes raconte des scènes de la préhistoire sculptées en bas-relief et illustrant l’attaque ancestrale des dragons sur Westeros et comment les différentes maisons de ce territoire se coalisèrent et prêtèrent finalement serment d’allégeance à la maison Baretheon.



LES CITÉS

D’abord plates et statiques, les cités du main title de « Game of thrones » ont peu à peu pris vie. Les superbes concept arts imaginés par les artistes d’Elastic, largement influencés par les travaux de Leonardo De Vinci, ont été transcendés lorsqu’ils sont passés entres les mains expertes des artistes CGI. L’objectif était d’obtenir un rendu réél et cohérent avec l’univers médiéval, en utilisant exclusivement des matières nobles telles que le bois, le métal, le cuir, le tissu, etc.
Tous les effets mécaniques d’apparition des décors ont été pensés dans le moindre détail, jusqu’à imaginer les mécanismes sous la carte qui déclenchent toutes ces apparitions. Au final, il apparaît frustrant de ne limiter cette séquence qu’à 90 secondes, tant le décor est riche, mais les équipes d’Elastic tenaient à ce que chaque fois que cette séquence soit vue, le téléspectateur découvre de nouveaux détails.







LA PRODUCTION

Il aura fallu près de 6 mois de travail acharné d’une team de 20 à 25 personnes pour parvenir au résultat éblouissant que l’on connaît. Le main title ne cesse d’évoluer depuis 2011, s’adaptant systématiquement à la narration en cours. De nouvelles cités telles que Qarth ou Pike ont ainsi vu le jour. Et c’est loin d’être terminé …




Merci à Ian Albinson (Art of the title), Angus Hall et Jennifer Sofio Hall (respectivement Creative Director et Executive producer chez Elastic) pour leur soutien dans l’élaboration de cet article.



via Art of the title


Images © Elastic & HBO






Galerie